Vendredi 22 novembre – Léonard de Vinci COMPLET

Léonard de Vinci

COMPLET

vendredi 22 novembre à 18h30 à Atlantia

Antonella Fenech-Kroke, historienne de l’art à l’INHA

2019 marque le cinquième centenaire du décès de l’artiste, à Amboise.

À l’invitation du nouveau roi de France, François Ier, Léonard de Vinci quitte l’Italie pour la France à la mort de son protecteur, Julien de Médicis. Il arriva sans doute vers novembre 1516 dans la demeure du Clos Lucé, située à quelques pas de la résidence royale d’Amboise. « Le premier peintre, ingénieur et architecte du roi » y vécut les trois dernières années de sa vie.

Le Louvre conserve près du tiers du corpus des tableaux de l’artiste : les peintures apportées en France, achetées par François Ier, rejoignant celles acquises par Louis XII. À cet ensemble extraordinaire, qui constitue l’origine même des collections du musée du Louvre, s’ajoute un fonds exceptionnel de vingt-deux dessins de Léonard de Vinci.

C’est pour le musée l’occasion de rassembler autour des cinq tableaux essentiels qu’il conserve, à savoir la Vierge aux rochers, la Belle Ferronnière, la Joconde, le Saint Jean Baptiste et la Sainte Anne, afin de les confronter à un large choix de dessins ainsi qu’à un ensemble, restreint mais significatif, de tableaux et de sculptures de proches du maître.

Cette rétrospective inédite de la carrière de peintre de Léonard permet de montrer combien il a mis la peinture au-dessus de tout et comment son enquête sur le monde, qu’il appelait « la science de la peinture », fut l’instrument de son art, dont l’ambition n’était rien moins que d’apporter la vie à ses tableaux.

Aboutissement de plus de dix années de travail, l’exposition dresse le portrait d’un homme et d’un artiste d’une extraordinaire liberté.

Antonella Fenech, historienne de l’art de la première modernité, est chargée de recherche au CNRS, et directrice adjointe du Centre André Chastel/Sorbonne Université. Ancienne pensionnaire de l’Académie de France à Rome, ses travaux sur les productions artistiques et visuelles de la Renaissance considèrent dimension sociopolitique et culturelle.  Elle est l’auteure de nombreuses publications et articles dont Giorgio Vasari. La fabrique de l’allégorie, 2011 ; Histoire de Florence par la peinture, 2012 ; Les façades peintes (XVe-XVIIe) en préparation, (co-auteur Jérémie Koering), et Corps à contresens (en préparation). 

Pour les personnes non inscrites, en raison du nombre limité de places, nous vous conseillons vivement de réserver cette conférence, en nous envoyant votre inscription et règlement.